nouvelle procédure d’entrée à l’université : la lettre de la FSU aux parents, élèves, étudiants et apprentis

MA N I F E S T O N S s ame d i 5 d é c emb r e 2 0 1 5 C O N T R E l e c h ôma g e e t l a p r é c a r i t é e t P O U R l a j u s t i c e s o c i a l e !

impression imprimer cet article

lundi 30 novembre 2015 Partager envoyer par mail envoyer par mail

Un emploi c’est un droit – Un revenu c’est un dû ! Revalorisation immédiate de tous les revenus des chômeurs et précaires ! Garanti d’un revenu décent et personnel, avec comme référence le SMIC mensuel et la continuité des droits sociaux ! Libre choix de son emploi et de sa formation ! Gratuité des transports publics sur tout le territoire ! Droit à la santé pour tous !

Les profiteurs de tout poil, les patrons, les financiers, les banquiers, n’ont qu’une idée : rogner les droits sociaux pour augmenter encore leur marge de profit. Tous les prétextes sont bons pour exiger des salarié-es, avec ou sans emploi, de nouveaux sacrifices.

Et pour nous ce sont encore plus d’attaques contre nos droits et nos revenus. Code du travail, retraites, droits sociaux, services publics… tout y passe comme dernièrement la tentative de s’en prendre même aux petites retraites et aux pensions des handicapé(e)s ! Ce que nous devons préparer est une riposte à la hauteur des attaques. Sans cela, la situation s’aggravera encore, sous la pression du profit capitaliste comme on le voit en Grèce. Il faut réduire le temps de travail et partager les richesses afin de garantir à chacun les moyens de vivre décemment (emploi et revenu décent, logement, papiers...). Avec officiellement plus de cinq millions de chômeurs, les raisons de manifester sa colère ne manquent pas : les fins de mois impossibles à boucler, les emplois précaires, la multiplication des contrôles et des sanctions à Pôle emploi, à la CAF, etc. Alors que les agents sont déjà trop peu nombreux, que des agences sont fermées et que les horaires d’ouvertures devraient être réduits au 1er janvier, des corps de contrôleurs sont créés.

Avec l’ANI, le CICE (crédit d’impôt sans la moindre contrepartie pour les patrons) et maintenant les lois Macron, le gouvernement fait un choix politique aussi clair que cynique : au nom de la « compétitivité » et de la « lutte contre le chômage », ce sont en fait des cadeaux par milliards au patronat et aux plus riches. Le budget 2016 qui vient d’être voté prévoit ainsi 9 milliards de baisse de cotisations pour les entreprises. L’effet cumulé du CICE et du Pacte de responsabilité atteindra ainsi 33 milliards d’euros en 2016 !

A défaut de lutter contre le chômage, le gouvernement cherche à stigmatiser les chômeurs, en augmentant les contrôles et les radiations… Et pourquoi ne pas augmenter les contrôles sur toutes les entreprises qui usent et abusent de l’emploi précaire aujourd’hui !

A ces motifs de colère s’ajoute la prochaine « négociation » de la convention assurance chômage annoncée pour mi-janvier qui concerne, directement ou non, tous les salarié-es de ce pays. La précédente a été annulée par le Conseil d’Etat, suite à la mobilisation des intermittents, des précaires et des chômeurs.

Officiellement, moins de la moitié des chômeurs perçoivent les allocations-chômage, les autres survivent avec les misérables minima sociaux (ASS, RSA...) et souvent n’ont même droit à aucun revenu personnel. Il est important que nous nous mobilisions tous pour imposer une indemnisation pour tous les chômeurs qui ne saurait être inférieure au SMIC.

Nous voulons gagner des droits et faire appliquer les droits existants pour refuser la précarité et nous appelons à s’organiser pour cela.

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0