Les usager-es tou.tes concerné.es

Bien joué, mais raté !

impression imprimer cet article

samedi 30 mai 2015 Partager envoyer par mail envoyer par mail

Coordination des Intermittents ET des Précaires : 12, 13 et 14 juin à Bordeaux

Ainsi, nos craintes étaient fondées. Lors de la réunion du 5 mai, nos camarades présents ont soulevé toutes les questions que nous étions en droit de nous poser sur cette fameuse loi de « sanctuarisation » de l’intermittence du spectacle, censée « sauver le régime » ! Au contraire, il est désormais clair qu’elle l’enterre. Certes, l’intermittence existera toujours, mais vidée de sa substance car seul le MEDEF en fixera les règles. Rien de l’empêchera, par exemple, de porter le nombre d’heures à effectuer pour ouvrir les droits à 550, 600 ou 650. Rien ne l’empêchera de revoir fortement à la baisse la liste des professions ouvrant le droit à l’intermittence. Rien ne l’empêchera non plus de continuer à augmenter les cotisations salariales et patronales, abaissant ainsi le pouvoir d’achat des uns et fragilisant les autres. Et mille autres dangers encore !

Deux autres exemples de ce que produira cette loi scélérate : les négociations seront conduites pas « les représentants du secteur professionnel », sur les bases du cadrage imposé par le MEDEF. Très peu démocratique, d’autant plus que cela exclut de fait les CIP !

Par ailleurs, l’inversion du calendrier a deux effets particulièrement importants :
- empêcher définitivement toute contestation des conventions d’assurance chômage et tout conflit social (ce qui est explicitement présenté comme l’objectif de la Loi) ;
- sortir l’intermittence de la solidarité interprofessionnelle puisque le budget sera fixé a priori et donc totalement dissocié du régime. Nous allons donc vers une caisse autonome, ce que nous avons toujours refusé, mais, cerise sur le gâteau, cette caisse sera mise sous tutelle du MEDEF !

Alors une loi, mais l’intérieur de la loi, ce sera la jungle.

Ils auraient donc gagné ! Ils savaient bien en le demandant que le régime de l’intermittence du spectacle ne serait pas abrogé. En donnant l’impression d’avoir cédé sur ce point, ils vont pouvoir amplifier leurs attaques de l’intérieur. Et le pouvoir, se retranchant derrière sa loi, pourra s’en laver les mains.

Bien joué, mais raté. Leur petit jeu est cousu de fil blanc et on ne s’y laisse pas prendre. La lutte n’est pas terminée, loin de là !

Voir en ligne : le programme de la coordiniation nationale

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0